Histoire    Les Curés de l'église Ste Madeleine    un CLIC sur les logos, les images ou les liens pour accéder aux pages

 

Les Curés de Salles

(1369 - 1988)

La Guerre de Cent Ans de 1337 à 1453

Le premier prêtre qui a pu être recensé est Guillaume POYSONNET, prêtre séculaire qui tient la cure de 1369 à 1399.

Jeanne d'Arc condamnée au bûcher en 1431

Le 14 juin 1493 apparaît le nom de Robert CROZAT.

François Ier (1515 − 1547)

Guerres de religion de 1520 à 1550

L'Édit de Nantes donne aux protestants une liberté partielle de culte (13 avril 1598)

Assassinat d'Henri IV en 1610

De 1655 jusqu’au 24 mars 1664 le père NICOLAS est titulaire de ce lieu et paroisse de Salles avant d’être nommé à Bourdeaux « sous Roi Louis XIII de France ».

De 1665 jusqu’en 1722 François DHAILHE est titulaire de ce lieu et paroisse de Salles, diocèse de Die.

Révocation de l'Édit de Nantes en 1685

En 1711, on trouve sur des registres la signature du vicaire BARVET de Sales. D’après une requête formulée par Messieurs BRES et PAVEYRAND auprès du parlement de Provence, il apparaît qu’il y avait deux prêtres à Salles, un curé et un procuré ce qui expliquerait tantôt la signature du curé DIALHE, tantôt celle du vicaire BARVET à la même époque. Ceci est confirmé aussi par la note suivante : « Le résident de la cure bien souvent ne résidait pas dans la paroisse et cherchait un remplaçant (vicaire ou secondaire) pour assurer le service paroissial ».

De 1731 à 1764, CARNAT est Prêtre.

L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers est une encyclopédie française, éditée de 1751 à 1772 sous la direction de Diderot et D’Alembert. Les Jésuites font  pression sur le Conseil d'État et obtiennent la condamnation et l'interruption de la publication de l'Encyclopédie

En 1772, CHAUCHADIS est curé ; son nom figure jusqu’en 1784.

Dès 1785 apparaît dans les registres de l’état-civil la signature de RAYMOND curé, puis en 1786 de RAYMOND curé commis.

De 1787 à 1790 figure le nom de DEVERNIS curé de Salles.

Pendant la Révolution française, les possessions de l’Église sont déclarées biens nationaux par le décret du 2 novembre 1789

En 1791 et jusqu au 21 octobre 1792 on trouve à nouveau le nom de RAYMOND, curé d’Aleyrac, né le 2 novembre 1744 à Camaret (Vaucluse).

En 1802, Jacques LAFFONT, domicilié depuis 25 ans dans la commune de Réauville a assuré à plusieurs reprises le service religieux à Salles à l’occasion de baptêmes ou de mariages.

A partir de 1815, le monastère d’Aiguebelle qui a inauguré le 20 décembre 1815 la prise de possession de l’antique abbaye a été chargé par l’autorité ecclésiastique de Valence à desservir non seulement « Réauville et Montjoyer mais Bayonne, Roussas, Porte, Salles et Allan ».
Grâce à ces religieux notre paroisse va « revivre » et à nouveau en 1838 nous aurons un prêtre titulaire, ce sera le curé BERTRAND puis VALLERNEAU venant de Saint-Vallier.

En 1862, LAFFONT Anselme, Etienne, Mathieu, fils de Jean et de Marie-Anne PETRONILLE -  SOUREILLAT, né le 1er mai 1824 à Bouchet (Drôme) est nommé curé de Salles.
Il y est resté prêtre pendant 4 ou 5 ans. Il venait en aide aux malades (en particulier soins avec vésicatoires rouges et verts se présentant sous forme de bandes de dix petits carreaux) Il était l’oncle de Mme BARTHELEMY et vivait avec la bonne Marie TEYSSIER, enterrée à Salles. A la fin de sa vie il habitait dans une maison de la Grande rue, à droite en allant du sud au nord, anciennement maison GAMBUS, actuellement appartenant à M. GOURJON Jullien de Montbrison-sur-Lez.

C’est le prêtre LAFFONT qui, en 1872, a inauguré un jour de mauvais temps les croix du calvaire de la colline de Serre-Billard ainsi que le nouveau cimetière. Le chanoine LAFFONT a été enterré dans le cimetière.

La loi de 1881, Jules Ferry, rend l'enseignement primaire public gratuit, ensuite obligatoire en 1882, et impose également un enseignement laïque dans les établissements publics

Depuis 1905, la France a une loi imposant la séparation des Églises et de l'État, interdisant à l'État de reconnaître ou de financer la moindre religion

En 1907, TOURRE Eugène, natif de Bouvière (Drôme) est nommé prêtre de Salles. Il venait de la paroisse de Montoyer (1903 – 1907).
Ses parents étaient soyeux et il avait une sœur mariée à un gendarme retiré à Grignan, maison à côté de la mercerie. Malade en 1926 il part à l'hospice de Grignan et meurt le 30 janvier 1932 à 2h30, quartier des Artandes (Hospice).
C’est lui qui avait écrit un chant, dédié à Saint-Roch. C’est grâce à une fête organisée à l’ancienne fabrique de soie, une fête dédiée à l’église et à l’argent recueilli à cette occasion qu’on été achetées la statue de saint Antoine de Padoux et celle de Jeanne d’Arc.

De 1931 à 1933, l’abbé ROCHE va desservir la paroisse.

C’est sous sa charge que la statue de Sainte Thérèse de l’enfant Jésus a été offerte et aux vêpres les orphelines du Pont de Taulignan sont venues chanter.

C’est le dernier prêtre  résidant dans la paroisse.

L’abbé SAURET de la paroisse de Taulignan doit assurer le service. Il est représenté d’abord par l’abbé COUTON de Saint Pantaléon-les-Vignes puis par l’abbé LEXABORDE, professeur au petit séminaire de Roussas.

De 1934 à 1937 l’abbé BECHET, curé de Colonzelle assure le service de la paroisse. L’église à cette époque a été blanchie et les fonds baptismaux, situés dans un petit placard, à gauche, en entrant par la grande porte, ont été supprimés et remplacés par d’autres sur pied.

 En août 1939 l’abbé BUIGCERCOS, réfugié espagnol, arrive ; il repart à Pâques dans son pays.

En 1940 l’abbé LACHAVE, responsable de la paroisse de Grignan, assure tous les quinze jours le service religieux de Salles puis les pères De L’ECLUSE de Taulignan assureront chaque dimanche le service religieux jusqu’en 1949.

De 1949 à 1956 l’abbé PRIORON, curé de Taulignan, assure tous les dimanches le service religieux de la paroisse.

De 1956 au 14 décembre 1982 le père BOUIX de la paroisse de Taulignan, assure tous les dimanches, à 9 heures, la messe. Il est décédé subitement le dimanche 14 décembre 1982 à Taulignan tandis qu’il se préparait à venir dire la messe à Salles.
Il est enterré à Taulignan.

C’est en 1958 que des modifications importantes ont été effectuées dans l’église de Salles : Changement de place du grand autel, suppression de la table de communion en fer, de l’escalier en bois montant à la chaire, de la chaire, du drapeau des anciens combattants, de la grille devant l’autel de "la Sainte Vierge" , du chemin de croix, des dalles.

La cure a été vendue à Mademoiselle BRAVE puis achetée par la famille MARY.

A signaler le décès à l’âge de 63 ans du prêtre ARMAND Léon Louis retraité à Salles à la maison du docteur CULTY à Bousquatier.
Né le 25 février 1908 à Mirabel-les-Baronnies, il était le fils de ARMAND Antoine Léon et de AUBEPART Marie-Augustine.

De 1982 à 1983 l’abbé BOEUF de la Roche-Saint-Secret assure le service de la paroisse de Salles. La messe a lieu le samedi à 18 heures ou 19 heures selon les modifications des heures. Le prêtre visite régulièrement les familles et laisse un excellent souvenir.

De 1983 au 15 octobre 1988 le père MAYER de Taulignan, venant de la région parisienne, assure le service religieux et la messe a toujours lieu le samedi soit à 18 heures soit à 19 heures. Ce prêtre prend sa retraite et quitte la région.

Le prêtre André BUFFET assure le service.

Consulter les pages Mairie sur la démographie :  gens d'ici

Ce document est le résultat de recherches effectuées par Madame Andrée THÉOLAS, épouse FILLON.
Avec l’autorisation de son époux Pierre FILLON, il a été collationné par Ph. GARCIN afin d'être consulté par les habitants du village qui sont invités à le compléter et à corriger des erreurs éventuelles.
(*)
Rappels historiques, J-P BONNETAIN.

(*) webmaster.salles.sous.bois@gmail.com

 

plan du site


HISTOIRE


MAIRIE
GENS d'ICI

un clic ICI pour voir les mises à jour