Histoire    Bref historique du village    un CLIC sur les logos, les images ou les liens pour accéder aux pages

 

Vers 1390, ce fief des Adhémar fut pris par les troupes de Raymond de Turenne après de longs combats et « une grande perte de soldats ». Les bandits acceptaient de restituer la place aux Adhémar en échange des prisonniers et de 500 francs d’or.

L’église détruite fut rebâtie au XVe siècle puis de nouveau détruite en 1562 au début des troubles religieux.
 

En 1593 les Réformés inauguraient leur temple et l’église Sainte Madeleine fut relevée de ses ruines en 1605.

Un règlement de police du début du XVIIe siècle défend de rester oisif à peine de 10 livres d’amende ; de porter les armes, à peine de trois coups « d’estrapade » de confiscation et d’amende ; de travailler les dimanches et fêtes, à peine de 10 livres ; de tenir cabarets ouverts pendant les offices du dimanche et pendant le prêche, à peine de 100 sols ; d’injurier quelqu'un, de le frapper et de le blesser, à peine de 25 et 50 livres ; de chanter et de courir la nuit, à peine de 50 sols.

 

Église Sainte Madeleine

En 1652, après quelques décennies d’une paix relative, François Castellane-Adhémar envoie ses troupes à Salles pour y interdire le culte réformé. Le soulèvement de 1000 à 1200 protestants entraîne une féroce répression suivie par la destruction du temple en 1603. 

En 1728, les consuls de Salles se plaignent de la « rudesse » de leur sol rempli de pierres et de rochers, de leur médiocre récoltes de blé, seigle, orge, épeautre, millet noir, avoine et légumes, des vents impétueux et des orages qui emportent les terres. Le vin y est « insuffisant des trois quarts » le foin et les arbres à fruits manquent.
 

De plus le village étant une terre adjacente de Provence enclavée en Dauphiné les marchandises ne peuvent entrer ni sortir sans onéreux droits de douane. On compte alors 90 habitations, les granges comprises, quelques tisseurs de laine et deux moulins « pour tirer la soie ».
 

L’annuaire de 1854 indique deux foires annuelles à Salles, des productions de blé, de vin, et des mûriers.
 

En 1930 on y trouvait un cordonnier, deux épiciers, et une fabrique de blanc minéral et de produits d'entretien.

 

– La Drôme insolite de Pierre PALENGAT
Éd. E & R

 

plan du site


HISTOIRE

un clic ICI pour voir les mises à jour