Actualités    un CLIC sur les logos, les images ou les liens pour accéder aux pages

 

Des mots pour parler de "Jeannot" MOURGAND


Monsieur le Maire Bernard
Doutres a lu le message de Monsieur le Préfet de la Drôme


Sont excusés le sénateur Jean B
esson, le maire de Réauville,
le maire du Pègue.

 

Hommage de Monsieur le maire Bernard Doutres

 

« Si j'ai choisi la place du village tout à coté de la Mairie pour rendre un dernier hommage à Jean Mourgand c'est que je voulais marquer le symbole d'engagement et de dévouement qu'il a eu pour sa commune et ses habitants. Cette place, cette Mairie où il a passé tant de temps et où il aimait tant être avec ses amis et où il laissera une multitude de souvenirs.

 

Jean Mourgand est né à Salles-sous-Bois le 26 janvier 1926. Il sera le troisième enfant de la famille, il grandit avec Gabriel et Yves ses 2 frères aînés. Dès son plus jeune âge il fréquente l'école communale qu'il quittera vers l’âge de 14 ans puis naturellement il participe déjà au travail de la ferme.

En 1946 il partira effectuer son service militaire en Allemagne où il se liera d'amitié avec mon père Jean Doutres. Dès son retour il travaillera sur la propriété familiale avec ardeur et conviction. Dès cette époque il participe à la création de la Coopérative de distillerie de lavande, il en prendra naturellement la présidence de 1968 à 1998.

 

Il intègre le Conseil municipal pour la première fois en 1955 et ne le quittera plus pendant 45 ans. Il sera élu maire en 1965, effectuera 6 mandats en tant que premier magistrat de la commune, pendant 35 ans il dirigera cette commune avec beaucoup d'engagement, de passion, d'affection, de dévouement pour son village et ses habitants. Il travaillera sans relâche avec ses équipes en privilégiant toujours le dialogue et le bon sens. On lui doit de nombreuses réalisations qui nous sont bien utiles aujourd'hui.

 

Il s'investira aussi à la Caisse locale du Crédit Agricole, il sera administrateur à Montélimar et en 1974 il fondera la Caisse locale de Taulignan-Grignan et il en assurera la présidence au sein du Conseil d'administration jusqu'en 1996. Il participe aussi à la création de nombreuses associations : le Club de foot, l'Âge d'or, Animations et Traditions, le Tennis, la Société de chasse et ce, toujours avec passion et enthousiasme.

 

Mais derrière ce bilan éloquent et cet engagement total, il y avait aussi un homme plein de force et de caractère, charmeur avec son regard clair et son sourire malicieux. C'est aussi de cet homme que je voudrais parler aujourd'hui, car Jean je le connaissais depuis mon plus jeune âge et je serais toujours reconnaissant à mes parents de m'avoir choisi un parrain comme lui.

Tout au long de sa vie et au fur et à mesure que j'avançais dans la mienne il m'a servi de guide, il m'a beaucoup appris, je l'ai beaucoup écouté, il m'a donné le sens de l'engagement, le sens des responsabilités, le goût du travail pour la terre. Au fil du temps, nous étions devenus complices et souvent nos regards se croisaient et il n'était même pas nécessaire de nous parler. Il savait qu'il pouvait compter sur moi, je savais que je pouvais compter sur lui. Pour tout cela je lui serais toujours reconnaissant.

 

Mais Jean a vécu sa vie avec passion, entouré de ses amis : il aimait la chasse, la pétanque, les cartes, le pastis aussi, que de bons moments passés avec lui et ses amis.

 

Ces derniers temps ont été difficiles pour lui. Il me téléphonait plusieurs fois par jour, me laissait des messages en me disant qu'il voulait me voir, me parler. Il se sentait diminué et lorsqu'on en parlait ensemble, j'avais de plus en plus de mal à soutenir son regard car je lisais dans ses yeux la détresse qu'il avait en lui, l'angoisse, la peur qu'il ne puisse plus rester chez lui, qu'on le prive de liberté, cette liberté qui a été sienne toute sa vie. Je crois que c'est pour cela qu'il a décidé de partir.

 

Nous garderons de lui le souvenir d'un travailleur infatigable, d'un homme bon et fidèle en amitié. Dans les quelques lignes poignantes qu'il a rédigées avant de nous quitter, dont certaines m'étaient adressées, il tenait à vous exprimer sa sympathie qu'il avait pour les gens du village et ses voisins, l'amour pour sa famille, sa nièce, sa belle sœur et son frère Gabriel. »

 

 

 

photo Bernard LECOCQ

 

Monsieur le maire Bernard Doutres remercie Monsieur le préfet de la Drôme, toutes les Salloises et les Sallois
ainsi que les personnes présentes ou représentées lors de cette réunion d'adieu à Jeannot.

plan du site


ACTUALITÉS



HOMMAGE
PHOTOS


UNE VIE DE SERVICE


PRESSE

 


un clic ICI pour voir les mises à jour